La Coalition pour le droit de manifester s’invite dans la campagne municipale

Québec, le 2 octobre. La Coalition pour le droit de manifester à Québec interpelle les candidat-e-s aux élections municipales sur la détérioration du droit de manifester dans la ville de Québec.

Rappelons que dans la foulée du Printemps érable, l’administration Labeaume modifiait le Règlement sur la paix et le bon ordre de la Ville de Québec (RVQ 1091). La coalition décrie depuis longtemps les effets pervers de ces amendements : impacts sur la liberté de réunion, alourdissement administratif, intimidation policière, profilage et plus encore.

« Inutile de demander au maire sortant ce qu’il pense du droit de manifester. On sait avec quel arrogance et quel mépris il considère les citoyen-ne-s qui expriment des vues divergentes. Dans son cas on connaît la réponse, la circulation automobile et le tourisme priment sur tout le reste et tant pis si les droits fondamentaux sont bafoués, » dénonce Vania Wright-Larin porte-parole de la Coalition.

Par contre, la Coalition est pressée de connaître les engagements des autres candidat-e-s et les moyens qu’ils entendent déployer pour assurer le droit de manifester, pour favoriser la liberté de réunion et d’association ainsi que la liberté d’opinion et d’expression dans notre ville. « On pense que chaque candidat-e-s devraient se sentir interpelé-e-s par l’érosion des libertés civiles sous l’administration sortante. » poursuit le porte-parole.

On se rappelle que la Coalition a déposé une pétition en juin 2015 demandant le retrait des articles 19.2, 19.4 et 19.5 du Règlement sur la paix et le bon ordre (R.V.Q. 1091) qui concerne entres autres l’obligation de se conformer à un itinéraire précis. La pétition avait été appuyée par 92 organisations et 4064 personnes et reste à ce jour sans réponse ou réplique de l’administration sortante.

Un guide pour aider les groupes

La Coalition vient tout juste de lancer un guide intitulé «Manifester à Québec» dont l’objectif est d’aider les citoyen-ne-s  et les groupes qui souhaitent manifester leurs opinions sur la voie publique. «Depuis la création de la Coalition on a vu à plusieurs reprises des groupes hésiter à prendre la rue parce qu’ils craignent la répression policière. Avec le guide, on espère partager notre expérience concrète et encourager les groupes à continuer de prendre la rue pour défendre leurs idées », explique le porte-parole.

-30-

La Coalition pour le droit de manifester à Québec a été mise sur pied en 2014 par des groupes sociaux inquiets de la détérioration du droit de manifester sur le territoire de la Ville de Québec. Le Bureau d’animation et d’information logement du Québec métropolitain, le Centre Femmes d’aujourd’hui, le Comité logement d’aide aux locataires, le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, la Ligue des droits et libertés – section de Québec et le Regroupement d’éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et Chaudière-Appalaches en sont membres.

 

Publicités